Dépareillés

22195630_10154978200318225_3966704853495143654_n.jpgUne magnifique ode à la différence! Cet album est d’une délicatesse infinie et d’une beauté enveloppante! Les illustrations de Geneviève Després s’enroulent avec élégance aux mots finement ciselés par Marie-Francine Hébert.

Rose et Blanche sont les meilleures amies du monde. Mais, dès que les adultes tournent le dos, Léo ne fait que les embêter.

En lisant se livre, on se dit qu’on a tous un «Léo» dans notre vie et que comme Blanche, on préférerait sincèrement qu’il n’y soit pas. Mais bon, on doit chacun faire avec notre «Léo»!

Superbement brodés, les mots limpides de Marie-Francine Hébert nous parlent d’intimidation, mais surtout d’espoir et de solidarité. À travers une histoire de chaussettes dépareillées, Hébert raconte ces petits gestes simples qui font la différence dans la vie d’un enfant.

Un livre où l’équilibre entre texte et illustrations est parfait. C’est un bel, un très bel ouvrage qui marquera bien des petits lecteurs, je n’en ai aucun doute!

Ce titre est la troisième publication de la Collection La vie devant toi aux Éditions de la Bagnole. Dirigée par Lucie Papineau , cette superbe collection d’albums illustrés est consacrée aux émotions, aux questions, aux joies et aux peines des enfants qui grandissent.

Le premier titre était Deux garçons et un secret d’Andrée Poulin et Marie Lafrance, le deuxième L’enfant qui n’avait jamais vu une fleur d’Andrée-Anne Gratton et Oussama Mezher et puis voilà ce fabuleux troisième titre: Dépareillés de Marie-Francine Hébert et Geneviève Després.

Vive les amitiés dépareillées!

Hébert, Marie-Francine (2017). Dépareillés ( Geneviève Després – illustration ). Montréal: Les Éditions de la Bagnole.

Sylvain

Acheter ce livre

Mammouth Rock

21766601_10154962879988225_1981791829893682641_nEn cette rentrée littéraire d’automne, l’auteure Eveline Payette remporte la palme de l’audace avec son tout premier livre: Mammouth Rock. Un mini-roman graphique intelligemment hilarant, réalisé avec la complicité de l’illustrateur Guillaume Perreault.

Un mini-roman ficelé d’une main de maître qui mélange réalité et fiction de manière fabuleuse. Au fil des pages, on en vient à ne plus savoir ce qui relève de la vérité ou de la fiction, que l’on soit grand ou petit.

J’ai lu et relu ce livre, pour moi et à haute voix pour d’autres. Mon plaisir n’a que crû avec l’usage. Chaque fois, j’y ai trouvé une nouvelle entourloupette littéraire ou graphique. Un livre touffu, savoureux, où l’on apprend réellement des trucs et où on délire aussi à plein tube. J’adore!

Le point de départ de ce mini-roman est fort simple, voire banal. Louis doit faire une recherche sur un animal de compagnie et la présenter en classe. Louis choisit d’effectuer une recherche très poussée sur le Mammuthus rockus, un mammouth laineux miniature.

Mais le mammouth, même miniature, est-il réellement un animal de compagnie? Ces animaux ne sont-ils pas tous disparus il y a des siècles? Une hypothèse qui sera renversée par Louis, notre nouveau chercheur de mammouths. Il entend prendre la relève de Voïvoden Mamouten, le grand spécialiste des Elephas primigenius. C’est d’ailleurs en l’honneur de ce scientifique reconnu (hum, hum…) qu’on utilise aujourd’hui le nom commun de mammouth pour nommer ces grandes bêtes.

À titre de lecteur, on tient dans nos mains le cahier de recherche de Louis. Nous le suivons dans sa démarche autrement scientifique. Pourquoi les mammouths rock ont-ils disparus? Hypothèses, tests et fouilles sur le terrains se suivent naturellement.

Pour notre plus grand bonheur, Payette et Perrault osent détourner, sans vergogne et avec un humour intelligent, ce processus scientifique qu’on essaie de nous inculquer depuis notre plus jeune âge. Fabuleux!

Le texte, les illustrations, les choix graphiques et la mise en page, tout dans ce mini-roman graphique est un délice. Même les pages de couverture délicieusement soyeuses!

Dès l’âge de 7 ou 8 ans, les enfants pourront lire ce livre tout seul. Mais, le grand bonheur, c’est de le lire ensemble, de s’attarder aux détails et de rigoler un bon coup en famille ou en classe!

Payette, Eveline (2017). Mammouth Rock (illustré par Guillaume Perreault). Montréal : la courte échelle.

Sylvain

Acheter ce livre

L’enfant qui n’avait jamais vu une fleur

jamaisvudefleur.jpgAndrée-Anne Graton et Oussama Mezher nous proposent une ode à l’espoir!
L’histoire de cet album est toute simple: du fait de son lieu de naissance, la petite Samia n’a jamais vu une fleur. Un vieux monsieur sacrifiera ce qu’il a de plus précieux pour lui faire découvrir la beauté d’un bougainvillier.
La simplicité est le maître mot de ce livre. Car, comment l’auteure aurait-elle pu, sans nous démoraliser à tout jamais, aborder un sujet aussi lourd, laid et déprimant que les camps de réfugiés? Ces lieux sinistres où vivent entassés des centaines de milliers d’humains, dont de nombreux enfants.
Andrée-Anne Graton aborde avec intelligence et finesse tous les aspects de l’horreur de ces camps entourés de barbelés, où les soldats font office d’arbres. Elle plonge au cœur de l’essence humaine, de l’espoir, du pouvoir de l’évocation et du rêve.
Ce livre, vous devez en posséder un exemplaire. Il faut le lire avec tous les enfants de votre entourage. Il sera votre porte d’entrée pour expliquer aux enfants ce qu’ils voient chaque jour à la télé.
Ne soyez pas inquiet, les images de ce livre sont douces, épurées. À vrai dire, ce n’est pas un livre sur les camps de réfugiés, mais plutôt un album sur l’espoir qui naît partout où se croisent les rêves d’un enfant et les souvenirs d’un vieux monsieur.
Un fabuleux éloge de la vie, qui nous donne envie de brasser la cage pour que change notre monde, un petit pot de fleur à la main. Et si demain nous osions semer et planter l’espoir où tout semble gris foncé?
Merci à Andrée-Anne Graton et Oussama Mezher de raviver à notre mémoire le fait qu’un sincère petit geste peut faire toute la différence dans la lutte contre l’horreur!

Gratton, Andrée-Anne (2017). L’enfant qui n’avait jamais vu une fleur (illustré par Oussama Mezher). Montréal: Les Éditions de la Bagnole.

Sylvain

Acheter ce livre

Sarcelle — Le chant qui enlève la peur

sarcelleCe conte envoûtant, inspiré de la tradition huronne-wendate, révèle aux petits (et à leurs grands) la voie à suivre pour transformer une peur pétrifiante en de petites plumes chatouillant le ventre.
Un album d’une grande beauté et d’une finesse exquise. Une petite fille et ses peurs, une grand-mère et ses chants… un conte initiatique dont les mots et les images nous portent doucement de la crainte à l’allégresse à travers les songes. Un album au souffle poétique enveloppant.
Si comme moi notre monde vous fait parfois peur, laissez-vous porter par ce récit. Vous en sortirez inévitablement changé et serein, car « (…) l’esprit est comme un cerf-volant dans le monde des rêves. » Chantez et dansez maintenant !

Paré, Hélène (2015). Sarcelle — Le chant qui enlève la peur. Montréal : Planète rebelle.

Sylvain

Acheter ce livre

L’araignée

laraigneeLes enfants de votre vie sont intrigués par les petites bestioles croisées, ici et là, au fil des jours? Avec sa série Les petits dégoûtants, Elise Gravel lève le voile avec humour et intelligence sur ces minuscules êtres qui nous entourent.
Cette fois, c’est l’araignée, cette coquine à quatre paires d’yeux, qui voit sa vie dévoilée!
L’araignée est-elle herbivore ou carnivore? Combien pond-elle d’œufs? Dix, trois cents ou mille? Et cette petite dame porte-t-elle des chaussures de princesse? Avec Élise Gravel, tout est possible…
Dessins fantaisistes, matière véridique et propos loufoques s’entrecroisent. Gravel informe et partage sa passion pour les dégoûtants avec un style unique à la fois sérieux et fou.
Les enfants en redemandent. Par chance, la série Les petits dégoûtants ne manque pas de choix. Vous trouverez chez votre libraire : Le pou, Le vers, La mouche, La limace, Le rat et Le crapaud. Des titres aussi savoureux les uns que les autres. Même les grands y trouvent leur compte. Bonne découverte!

Gravel, Élise (2015). L’araignée. Montréal : Éditions la courte échelle.

Sylvain

Acheter ce livre

Metropolis

metropolisVous rêvez de faire découvrir le monde aux enfants de votre entourage? Voici l’album qu’il vous faut à tout prix!
Metropolis est un documentaire enjoué, baigné d’un humour léger, qui donnera envie aux enfants de tous les âges d’en apprendre plus sur notre monde.
Benoit Tardif nous propose un tour du monde original en nous faisant découvrir les trente-deux villes les plus aimées de notre planète. Au menu: les principales attractions touristiques d’une ville, les immeubles emblématiques, des lieux et des personnages célèbres.
Cet album documentaire est un condensé fabuleux comme j’en ai rarement vu! Nous ne sommes pas du tout dans une approche didactique. On a l’impression de plonger dans le carnet de voyage de Benoit Tardif, bien qu’on glane pourtant, au fil des 65 pages, une quantité phénoménale d’informations.
Pour chaque ville, deux pages où par une légende simple, on apprend en un coup d’œil la population de la ville, la langue qui y est la plus parlée et le pays dans lequel elle se trouve.
Puis, de neuf à douze illustrations épurées, colorées et joyeuses, accompagnées chacune de quelques mots et qui suffisent à dévoiler les secrets de cette cité.
De New York à Stockholm en passant par Montréal, Paris, Johannesburg, Fès et Mexico, on réalise que notre monde est fascinant et qu’il mérite qu’on prenne le temps de découvrir «l’autre», là où il vit.
Un album à laisser trainer partout, à l’école ou à la maison!
Sans oublier qu’il existe exactement le même type de documentaire, mais pour plonger cette fois dans le monde du sport. Il s’intitule Sportorama.

Benoit Tardif  (2015). Metropolis. Montréal: Comme des géants.

Sylvain

Acheter ce livre

Ma boule de plumes

mabouledeplumeVoici un petit album aux accents poétiques que vos enfants vous demanderont de leur relire très souvent!
Lucie Papineau nous y dévoile les secrets qui composent sa relation affectueuse avec un petit oiseau tout mignon. «Tipitchoux est si petit qu’il…», «Tipitchoux est si doux qu’il…», «Tipitchoux est si gourmand qu’il…». Vous l’aurez deviné, au quotidien, Tipitchoux comble l’auteure d’attentions et de tendresse.
Tout naturellement, les enfants voudront imiter Lucie et parler à leur tour de cet animal de compagnie qui partage leur vie.
L’illustratrice Virginie Egger a su, avec ses superbes illustrations/collages, créer un écrin de tendresse pour ce Tipitchoux si attachant.
Un album tendre et sensible, simple et doux. Un clin d’œil aux joies quotidiennes!

Papineau, Lucie (2016). Ma boule de plumes (illustré par Virginie Egger). Montréal : Éditions de l’Isatis (collection : Clin d’œil).

Sylvain

Acheter ce livre