L’enfant qui n’avait jamais vu une fleur

jamaisvudefleur.jpgAndrée-Anne Graton et Oussama Mezher nous proposent une ode à l’espoir!
L’histoire de cet album est toute simple: du fait de son lieu de naissance, la petite Samia n’a jamais vu une fleur. Un vieux monsieur sacrifiera ce qu’il a de plus précieux pour lui faire découvrir la beauté d’un bougainvillier.
La simplicité est le maître mot de ce livre. Car, comment l’auteure aurait-elle pu, sans nous démoraliser à tout jamais, aborder un sujet aussi lourd, laid et déprimant que les camps de réfugiés? Ces lieux sinistres où vivent entassés des centaines de milliers d’humains, dont de nombreux enfants.
Andrée-Anne Graton aborde avec intelligence et finesse tous les aspects de l’horreur de ces camps entourés de barbelés, où les soldats font office d’arbres. Elle plonge au cœur de l’essence humaine, de l’espoir, du pouvoir de l’évocation et du rêve.
Ce livre, vous devez en posséder un exemplaire. Il faut le lire avec tous les enfants de votre entourage. Il sera votre porte d’entrée pour expliquer aux enfants ce qu’ils voient chaque jour à la télé.
Ne soyez pas inquiet, les images de ce livre sont douces, épurées. À vrai dire, ce n’est pas un livre sur les camps de réfugiés, mais plutôt un album sur l’espoir qui naît partout où se croisent les rêves d’un enfant et les souvenirs d’un vieux monsieur.
Un fabuleux éloge de la vie, qui nous donne envie de brasser la cage pour que change notre monde, un petit pot de fleur à la main. Et si demain nous osions semer et planter l’espoir où tout semble gris foncé?
Merci à Andrée-Anne Graton et Oussama Mezher de raviver à notre mémoire le fait qu’un sincère petit geste peut faire toute la différence dans la lutte contre l’horreur!

Gratton, Andrée-Anne (2017). L’enfant qui n’avait jamais vu une fleur (illustré par Oussama Mezher). Montréal: Les Éditions de la Bagnole.

Sylvain

Fred Petitchatminou

fredpetitchatminouChristiane Duchesne , qui a publié une centaine d’ouvrages à ce jour, nous propose ici un album qui m’a complètement déstabilisé. Le texte est si minimaliste qu’on s’étonne. On demeure suspendu, mais ça fonctionne et même très bien!
La fusion texte et illustrations est si fantastique qu’on se laisse prendre sans s’en rendre compte par ces quatre petites histoires. Des histoires qui sont en réalité quatre souvenirs de Fred Petitchatminou et de son ami Lapipino.
Les superbes illustrations de Marion Arbona donnent à ce texte toute son ampleur. Elles le démultiplient jusqu’à nous transporter dans un monde onirique fascinant.
Vous adorerez les carottes à pois, l’arbre à petites bêtes, l’arbre à choses ou l’arbre à fleurs. Comment résister au maillotin, ce petit machin qui sert à envelopper les cœurs qui ont de la peine? Et je l’avoue, j’ai flanché pour les Crakicornus, ces nettoyeurs de rêves grâce à qui nous faisons de beaux rêves.
Oui, c’est ça! Cet album est un rêve éveillé. Un collage réussi de quatre petits rêves joyeux. Vos enfants vous le redemanderont tous les soirs, espérant secrètement que les Crakicornus veillent sur leurs rêves.

Duchesne, Christiane (2016). Fred Petitchatminou (illustré par Marion Arbona). Montréal: Les Éditions de la Bagnole.

Sylvain

Acheter ce livre

Deux garçons et un secret

deuxgarconsetunsecretAujourd’hui, je suis assez vieux pour savoir que si enfant on m’avait offert cet album, ma vie en aurait été bouleversée. Oh! pas complètement, mais la lumière en mon cœur aurait été plus vive, plus jeune!
C’est ce petit miracle, d’une finesse désarmante, que nous offrentLes Éditions de la Bagnole . Avec le raffinement de l’âme qu’on lui connait, l’auteure Andrée Poulin tisse en quelques lignes une histoire d’une justesse affective inouïe. Elle dévoile tout doucement l’affection généreuse que se portent mutuellement deux enfants. Rien de spectaculaire, juste la tendresse qui grandit.
Les magnifiques illustrations de Marie Lafrance ajoutent à l’œuvre une véracité, une bienveillance soyeuse et touchante. Nous aussi, nous aurions voulu être du secret…
Et si parfois les parents se trompaient? Et si les enfants, pour rayonner, devaient s’aménager un secret? Ce livre est un hymne à la diversité, à la gratuité de l’amitié et de l’amour. Un album libre, sans préjugés, ouvert sur une réalité «extra-méga-super» importante: la complicité entre deux êtres!
Merci Andrée Poulin et Maire Lafrance, vous venez de rattraper les mailles perdues dans le tricot de l’enfance de bien des petits garçons.

Poulin, Andrée (2016). Deux garçons et un secret (illustré par Marie Lafrance). Montréal: Les Éditions de la Bagnole (collection : La vie devant toi).

Sylvain

Acheter ce livre 

La belle histoire d’une vieille chose

labellehistoiredunevieillechoseCet album est profondément touchant, doux, tout doux et d’une beauté enveloppante! Une histoire un brin triste, comme la vie qui inévitablement se termine par la mort. Mais, un album fondé sur une essentielle vérité: toute chose a une histoire!
À travers la vie racontée d’une voiture, qui fut un jour magnifique et rutilante, cet album parle de la vie. Il égrène, page à page, l’usure des jours sur les choses et les gens. Il raconte la nostalgie du temps qui fut, du temps qui passe et qui laisse ses traces.
Divinement bien écrit par Louis Émond, qui nous livre un texte où chaque mot est nécessaire et où les sens se multiplient, cet album est illustré avec toute la bienveillance du monde par Steve Adams. Les tons d’ocre et de bleu nous enveloppent, nous mènent, avec les mots de Louis, à l’essence des choses.
Quand vous tiendrez cet album au format quasi géant entre vos mains, c’est blotti contre votre épaule que les enfants vous écouteront en faire la lecture. Ce livre déclenche instantanément la tendresse et la douceur dès les premières lignes et la première image. Pour les plus vieux comme moi, une petite larme bienveillante sur vos souvenirs apparaitra probablement au fil du récit. Douce nostalgie…
Un album qui passera, j’en suis certain, à l’histoire de la littérature jeunesse canadienne-française (pour utiliser en clin d’œil une vieille expression!)
Une histoire à lire ensemble, absolument! Et si elle est lue par grand-papa ou grand-maman, ça ne sera que plus signifiant et attendrissant. Bonne lecture!

Émond, Louis (2016). La belle histoire d’une vieille chose (illustré par Steve Adams). Montréal : Les Éditions de la Bagnole

SYLVAIN

Acheter ce livre