Parfois je suis un renard

34306543_10155552232243225_1558827907290234880_nComment vous décrire cet album qui élève l’âme? J’ai lu dans ma carrière des milliers de livres pour les enfants, petits et grands. Celui-ci est dans une case à part. Comme un grand et magnifique arbre magique, dressé dans une clairière cachée au milieu d’une profonde forêt. Ce livre procure l’impression de toucher à un secret essentiel, de vivre une illumination, toute simple, mais fondamentale.

Parfois je suis un renard nous présente, selon la tradition Anishinaabe, les animaux totémiques qui nous rappellent que tous les êtres vivants font partie du même cycle de vie.

Ça a l’air bien sérieux tout ça, n’est-ce pas? Pourtant, cet album est d’une gracieuse légèreté et les illustrations envoûtantes de l’auteure déclenchent instantanément notre imaginaire. Danielle Daniel est une auteure, une artiste et une illustratrice métisse qui a d’ailleurs remporté le prix Marilyn Baillie Picture Book pour la version anglaise de ce livre, son premier album.

Ce dictionnaire «sensitif» nous présente 12 animaux totémiques et, par de petits poèmes, leurs traits dominants. Les enfants s’identifieront spontanément à l’un d’entre eux. Et les parents aussi!

À la fin du livre, l’auteure nous résume en une seule page le rôle que peuvent jouer les animaux totémiques dans la vie des enfants. Vraiment, pourquoi se priver de ces guides qui sont en mesure d’accompagner les enfants tout au long de leur vie?

Cet album ouvre le cœur et l’esprit. Il mérite de trôner dans toutes les classes dans un coffret magique qui aurait été conçu par l’enfant-lapin, créatif, rapide et éveillé, qui grignote ses carottes en bondissant vers de nouvelles aventures!

Daniel, Danielle (2018). Parfois je suis un renard. Toronto: Éditions Scholastic.

Sylvain

Acheter ce livre

La bête à 4 z’yeux

31959905_10155497130008225_7922822254197473280_nVoilà du grand Caroline Merola. Ah! Le bonheur de plonger dans cet album, page après page. Et, pour arriver à la fin, avec une surprise qui nous fait tout reprendre depuis le début. J’ai adoré!

«Un beau matin, à l’orée du petit bois, Sam et Ingrid discutent. Samedi, il y a une fête chez Lulu et chacun apporte son goûter». L’oiseau qui espionnait les deux petites souris comprend tout de travers. Et voilà, la machine à rumeurs est lancée! De l’un à l’autre, elle enfle et enfle encore: un monstre velu et méchant rôde dans la forêt. Oh là là!

Un magnifique album où Merola, avec tout le talent qu’on lui connaît, illustre pour notre plus grande joie la machine à rumeur. L’album idéal pour démontrer aux enfants qu’il ne faut pas croire tout ce qu’on entend sans vérifier les faits… et nos sources.

Une très belle et rigolote fable, magnifiquement illustrée, où les enfants en sortiront grandis et se seront bien amusés.

Avec plus de 40 titres à son actif, tantôt traduits en anglais, en tchèque ou en espagnol, tantôt en coréen ou même en arabe, Caroline Merola signe ici une oeuvre magnifique qui fera elle aussi le tour de monde, c’est certain!

Oh! Mais suis-je en train de partir une rumeur? Chose certaine, vous allez adorer cet album vous aussi.

Merola, Caroline (2018). La bête à 4 z’yeux. Montréal: Édito Jeunesse-Gallimard Ltée Jeunesse.

Sylvain

Acheter ce livre

Qui va bercer Zoé?

30704019_10155453708203225_8402133152662814720_nL’écrivaine Andrée Poulin et l’illustrateur Mathieu Lampron nous proposent une oeuvre d’une rare complicité. Mots et illustrations s’entrecroisent à merveille, s’entrelacent et se bonifient pour nous porter subtilement au coeur de l’émotion. Lampron sait jouer de la lumière comme Poulin joue des mots: avec simplicité et raffinement.

Cet album propose une histoire qui aurait pu être très lourde et fort complexe à raconter. Et pourtant, ce n’est pas le cas. On sort de ce livre le sourire aux lèvres, l’oeil un brin humide et le coeur ouvert… avec une envie folle de faire des câlins!

Encore une fois, Andrée Poulin se surpasse. Avec un minimum de mots, quasi découpés au scalpel, elle nous raconte l’histoire de Méo Lebel, un monsieur à la peine si grande qu’il ne peut même plus pleurer. Sa vie croisera celle de la petite Zoé.

Une mort, une naissance, un vieux monsieur, une gentille voisine… et un hôpital. Le décor est planté et les personnages dévoilés, mais je ne vous en dirai pas plus de peur de gâcher votre plaisir.

Je pourrais vous dire tant de choses sur la puissance de tout ce qui n’est pas dit dans cet album mais plutôt évoqué ou induit. Je pourrais aussi vous en dire plus sur l’intelligence émotive des deux créateurs et la nécessité de lire cet ouvrage en famille, mais je vous laisse découvrir par vous-mêmes.

Osez ouvrir cet album. Vous en sortirez illuminés par la tendresse. C’est promis!

Poulin, Andrée (2018). Qui va bercer Zoé? (illustré par Mathieu Lampron). Montréal: Éditions Les 400 coups .

Sylvain Dodier

Acheter ce livre