Au fil de l’eau

22712192_10155020383508225_7912887594671402145_oUn petit garçon, son imperméable jaune sur le dos.

Un bateau fabriqué de papier journal, un jour de pluie. Il n’en faut pas plus pour que débute l’aventure.

Un petit garçon s’amuse à sauter dans les flaques sous une pluie torrentielle. Il fait voguer son bateau dans une grande marre. Et, dans l’excitation de l’instant, dépose son voilier sur le joli petit ruisseau qui s’est formé le long du trottoir. Mais! Le bateau s’élance à vie allure dans le courant. Le petit garçon le rattrapera-t-il?

Tout ce que je peux vous dire, c’est qu’après la pluie débutera une nouvelle aventure. Comme dans nos vies, non?

Au fil de l’eau est un très bel album sans texte. Que les magnifiques dessins de Myares pour nous faire voyager.

Prenez le temps de vous attarder longuement sur chaque image. Vous y découvrirez une fabuleuse poésie, un monde ouvert sur les émotions où vous pourrez aisément plonger avec vos enfants, si vous le désirez.

Comme devant un tableau, plusieurs niveaux de lecture s’offrent à vous. Oserez-vous y sauter à pieds joints?

Laissez-vous emporter par l’oeuvre de Miyares qui transcende les mots et laisse toute la place à l’imaginaire, aux émotions et à la complicité bienfaisante!

Vous apprendrez même dans ce livre à fabriquer un bateau de papier et un… Ah! mais ça, c’est une autre histoire!

Miyares, Daniel (2017). Au fil de l’eau. Toronto: Éditions Scholastic.

Sylvain Dodier

Acheter ce livre

Dépareillés

22195630_10154978200318225_3966704853495143654_n.jpgUne magnifique ode à la différence! Cet album est d’une délicatesse infinie et d’une beauté enveloppante! Les illustrations de Geneviève Després s’enroulent avec élégance aux mots finement ciselés par Marie-Francine Hébert.

Rose et Blanche sont les meilleures amies du monde. Mais, dès que les adultes tournent le dos, Léo ne fait que les embêter.

En lisant se livre, on se dit qu’on a tous un «Léo» dans notre vie et que comme Blanche, on préférerait sincèrement qu’il n’y soit pas. Mais bon, on doit chacun faire avec notre «Léo»!

Superbement brodés, les mots limpides de Marie-Francine Hébert nous parlent d’intimidation, mais surtout d’espoir et de solidarité. À travers une histoire de chaussettes dépareillées, Hébert raconte ces petits gestes simples qui font la différence dans la vie d’un enfant.

Un livre où l’équilibre entre texte et illustrations est parfait. C’est un bel, un très bel ouvrage qui marquera bien des petits lecteurs, je n’en ai aucun doute!

Ce titre est la troisième publication de la Collection La vie devant toi aux Éditions de la Bagnole. Dirigée par Lucie Papineau , cette superbe collection d’albums illustrés est consacrée aux émotions, aux questions, aux joies et aux peines des enfants qui grandissent.

Le premier titre était Deux garçons et un secret d’Andrée Poulin et Marie Lafrance, le deuxième L’enfant qui n’avait jamais vu une fleur d’Andrée-Anne Gratton et Oussama Mezher et puis voilà ce fabuleux troisième titre: Dépareillés de Marie-Francine Hébert et Geneviève Després.

Vive les amitiés dépareillées!

Hébert, Marie-Francine (2017). Dépareillés ( Geneviève Després – illustration ). Montréal: Les Éditions de la Bagnole.

Sylvain

Acheter ce livre

Mammouth Rock

21766601_10154962879988225_1981791829893682641_nEn cette rentrée littéraire d’automne, l’auteure Eveline Payette remporte la palme de l’audace avec son tout premier livre: Mammouth Rock. Un mini-roman graphique intelligemment hilarant, réalisé avec la complicité de l’illustrateur Guillaume Perreault.

Un mini-roman ficelé d’une main de maître qui mélange réalité et fiction de manière fabuleuse. Au fil des pages, on en vient à ne plus savoir ce qui relève de la vérité ou de la fiction, que l’on soit grand ou petit.

J’ai lu et relu ce livre, pour moi et à haute voix pour d’autres. Mon plaisir n’a que crû avec l’usage. Chaque fois, j’y ai trouvé une nouvelle entourloupette littéraire ou graphique. Un livre touffu, savoureux, où l’on apprend réellement des trucs et où on délire aussi à plein tube. J’adore!

Le point de départ de ce mini-roman est fort simple, voire banal. Louis doit faire une recherche sur un animal de compagnie et la présenter en classe. Louis choisit d’effectuer une recherche très poussée sur le Mammuthus rockus, un mammouth laineux miniature.

Mais le mammouth, même miniature, est-il réellement un animal de compagnie? Ces animaux ne sont-ils pas tous disparus il y a des siècles? Une hypothèse qui sera renversée par Louis, notre nouveau chercheur de mammouths. Il entend prendre la relève de Voïvoden Mamouten, le grand spécialiste des Elephas primigenius. C’est d’ailleurs en l’honneur de ce scientifique reconnu (hum, hum…) qu’on utilise aujourd’hui le nom commun de mammouth pour nommer ces grandes bêtes.

À titre de lecteur, on tient dans nos mains le cahier de recherche de Louis. Nous le suivons dans sa démarche autrement scientifique. Pourquoi les mammouths rock ont-ils disparus? Hypothèses, tests et fouilles sur le terrains se suivent naturellement.

Pour notre plus grand bonheur, Payette et Perrault osent détourner, sans vergogne et avec un humour intelligent, ce processus scientifique qu’on essaie de nous inculquer depuis notre plus jeune âge. Fabuleux!

Le texte, les illustrations, les choix graphiques et la mise en page, tout dans ce mini-roman graphique est un délice. Même les pages de couverture délicieusement soyeuses!

Dès l’âge de 7 ou 8 ans, les enfants pourront lire ce livre tout seul. Mais, le grand bonheur, c’est de le lire ensemble, de s’attarder aux détails et de rigoler un bon coup en famille ou en classe!

Payette, Eveline (2017). Mammouth Rock (illustré par Guillaume Perreault). Montréal : la courte échelle.

Sylvain

Acheter ce livre

Le jardinier de la nuit

JArdinier de nuit.jpgComme le disait le Publishers Weekly, cet album est «(…) un vrai délice pour les yeux, offrant des illustrations dignes d’être observées encore et encore (…)». À vrai dire, après l’avoir lu et regarder encore et encore cet ouvrage, j’en ai même rêvé plusieurs nuits. Et quels beaux rêves!
L’album s’ouvre sur une illustration monochrome qui donne à voir une rue dans la ville de Grimloch, une petite ville grise comme il en existe des centaines.
Tous absorbés par leur train-train quotidien, les habitants ne se doutent pas que le geste d’un seul homme, posé de nuit en nuit, va bouleverser leur vie.
Seul le petit William sera assez attentif pour découvrir l’identité de cet homme mystérieux dont il deviendra l’héritier.
À la nuit tombée, un jardinier inconnu taille le houppier d’un arbre. Au matin, William et ses voisins découvrent que l’arbre de leur rue est devenu un hibou. Le lendemain, un chat apparait dans la rue voisine. Puis, de rue en rue, un lapin et bien d’autres chefs-d’œuvre, dont un époustouflant dragon, redonnent vie à la ville. De nuit en matin, de page en page, la ville prend des couleurs.
Une nuit, William aperçoit un inconnu au bout de sa rue et décide de le suivre. Si c’était lui le mystérieux jardinier? En complicité avec cet horticulteur créatif, William créera une œuvre fabuleuse et apprendra à changer le monde à sa manière.
Un sublime album qui témoigne allègrement de l’influence de l’art sur la vie d’une communauté. Un album qui fait du bien au cœur, à savourer en famille. Si la vie prenait tout à coup un nouveau sens?

Les Frères Terry et Erin Fan (2017). Le jardinier de la nuit. Toronto: Les Éditions Scholastic.

Sylvain

Acheter ce livre

L’enfant qui n’avait jamais vu une fleur

jamaisvudefleur.jpgAndrée-Anne Graton et Oussama Mezher nous proposent une ode à l’espoir!
L’histoire de cet album est toute simple: du fait de son lieu de naissance, la petite Samia n’a jamais vu une fleur. Un vieux monsieur sacrifiera ce qu’il a de plus précieux pour lui faire découvrir la beauté d’un bougainvillier.
La simplicité est le maître mot de ce livre. Car, comment l’auteure aurait-elle pu, sans nous démoraliser à tout jamais, aborder un sujet aussi lourd, laid et déprimant que les camps de réfugiés? Ces lieux sinistres où vivent entassés des centaines de milliers d’humains, dont de nombreux enfants.
Andrée-Anne Graton aborde avec intelligence et finesse tous les aspects de l’horreur de ces camps entourés de barbelés, où les soldats font office d’arbres. Elle plonge au cœur de l’essence humaine, de l’espoir, du pouvoir de l’évocation et du rêve.
Ce livre, vous devez en posséder un exemplaire. Il faut le lire avec tous les enfants de votre entourage. Il sera votre porte d’entrée pour expliquer aux enfants ce qu’ils voient chaque jour à la télé.
Ne soyez pas inquiet, les images de ce livre sont douces, épurées. À vrai dire, ce n’est pas un livre sur les camps de réfugiés, mais plutôt un album sur l’espoir qui naît partout où se croisent les rêves d’un enfant et les souvenirs d’un vieux monsieur.
Un fabuleux éloge de la vie, qui nous donne envie de brasser la cage pour que change notre monde, un petit pot de fleur à la main. Et si demain nous osions semer et planter l’espoir où tout semble gris foncé?
Merci à Andrée-Anne Graton et Oussama Mezher de raviver à notre mémoire le fait qu’un sincère petit geste peut faire toute la différence dans la lutte contre l’horreur!

Gratton, Andrée-Anne (2017). L’enfant qui n’avait jamais vu une fleur (illustré par Oussama Mezher). Montréal: Les Éditions de la Bagnole.

Sylvain

Acheter ce livre