Les Éditions Alaska

32651583_10155512519223225_7186066806941941760_nSi, comme moi, vous aimez rigoler un bon coup avec les enfants de votre entourage, vous allez être servis avec les trois sublimes titres publiés, depuis 2016, par une toute petite maison d’édition sise à l’Épiphanie dans la région de Lanaudière: Les Éditions Alaska.

Retenez bien le nom de cette maison qui, pour l’heure, nous propose de savourer en famille, en classe ou entre ami-e-s les titres Le coq qui a perdu son cri, Le lapin qui ne se brossait pas les dents et Le Caniche qui avait peur du coiffeur. Trois albums en réalité augmentée!

Mais qu’est-ce donc qu’un album en réalité augmentée, me direz-vous? C’est très simple: en bas de certaines pages de ces magnifiques albums, vous trouverez un petit logo indiquant que vous pouvez scanner l’image avec votre téléphone intelligent ou votre tablette numérique et une application gratuite que vous aurez préalablement téléchargée.

À partir de là, la réalité éclate! Les images s’animent sous vos yeux avec sons de basse-cour par-ci, cris d’animaux par-là, environnements sonores ailleurs ou chansons délirantes comme dans Le Caniche qui avait peur du coiffeur. De véritables livres multisensoriels. Et comment dire… c’est d’une simplicité géniale! Un mariage parfaitement réussi entre l’album «traditionnel» et les nouvelles technologies.

Vraiment, je lève mon chapeau aux Éditions Alaska. Enfin, des livres du 21e siècle! De vrais bijoux dont on a le plaisir de tourner les pages pour admirer les superbes illustrations de Pelland, tout en profitant d’une technologie exploitée avec intelligence et créativité pour notre plus grand bonheur.

32543033_10155512519378225_2359404107548065792_nAvant de poursuivre ma chronique, je dois être honnête et vous avouer que c’est mon ami Benoit et sa pléthore de fils qui m’ont fait découvrir ces titres en me disant que je devais les lire à tout prix. Comme ils avaient raison! Je me suis amusé comme un petit fou avec ces livres.

Les textes de Marie-C. Lachance nous révèlent un univers créatif dont on n’a pas fini d’entendre parler. Ses mots simples et efficaces sont brodés d’un humour intelligent. Le travail graphique de Jean-Philippe Daudet est également à souligner.

À eux seuls, les titres résument les intrigues, mais sans en dévoiler les secrets. Le coq qui a perdu son cri nous raconte l’histoire de Clément qui, grâce à son grand-père, saura assumer sa différence. Quant au livre Le lapin qui ne se brossait pas les dents, nous y trouvons Léo, un lapin en apparence tout à fait normal, mais pour lequel, vous aurez compris, ça se gâte rapidement!

Et puis il y a celui à qui j’accorde la palme d’or: Le caniche qui avait peur du coiffeur. Cet album nous plonge dans la vie et les drames de Claudette Royal, superbe caniche qui a horreur de la tondeuse du coiffeur. Pour un caniche, vous imaginez les complications! Je ne veux pas vous dévoiler l’intrigue – de toute façon vous ne me croiriez même pas – mais j’ai tellement ri que mes épaules sautent encore! Vous, les grands, ne boudez surtout pas votre plaisir. Vous allez adorer cet album autant que les enfants. Drôle, intelligent, étonnant, savoureux… autant de qualificatifs que je pourrais inscrire en hashtag clignotants au-dessus de ce livre dont la réalité est plus qu’augmentée. Elle est carrément déjantée! J’ai adoré. Ça paraît, n’est-ce pas?

32484585_10155512519143225_5296120320111935488_nPour votre info, les Éditions Alska ont été fondées en 2016 par cinq complices: Ghislain Dufresne et Marie-C. Lachance (tous deux sortis de l’École nationale de l’humour), Mike Pelland (issu des milieux télévisuel et cinématographique), Isabelle Froment (qui vient des milieux de l’animation culturelle, du cinéma et de la production télé) et Jean-Philippe Gaudet (graphiste).

Courrez vite vous procurez ces trois albums!

Lachance, Marie-C. (2016). Le coq qui avait perdu son cri (illustré par Mike Pelland). L’Épiphanie: Éditions Alaska.

Acheter ce livre

Lachance, Marie-C. (2017). Le lapin qui ne se brossait pas les dents (illustré par Mike Pelland). L’Épiphanie: Éditions Alaska.

Acheter ce livre

Lachance, Marie-C. (2017). Le caniche qui avait peur du coiffeur (illustré par Mike Pelland). L’Épiphanie: Éditions Alaska.

Acheter ce livre

Sylvain

 

Rien du tout!

29595126_10155426596658225_4917282117014368033_n«Aujourd’hui, je suis un lézard paresseux. Un drôle de lézard, rêvassant sur le dos, le bedon au soleil». Voilà, tout est dit! L’intrigue est résumée.

Cet album est un très bel éloge à la dolce farniente, ce nécessaire «rien faire» pour que la beauté, intrinsèque à toute chose, nous envahisse. Pour que notre cerveau respire et que notre esprit vagabonde librement, telle une douce brise.

En cette époque où les enfants ont bien souvent un horaire aussi lourd que celui de leurs adultes, la petite Clara nous invite à l’arrêt. Elle nous donne l’exemple en se prélassant tout simplement au jardin par une magnifique journée d’été.

De double page en double page, mots et images se combinent magnifiquement pour nous apaiser, nous inviter à la paresse bienfaisante. Cet album est en soit une pause dans la frénésie de nos journées. De chaque page se répandent la paix et le calme… Ici, l’odeur du chaud gazon fraîchement coupé, ici la sensation savoureuse du soleil sur notre peau et là, le doux vole d’un akène de pissenlit qui se pose sur le bout de notre nez.

Ahhhhhhhhh! Cet album fait du bien. Point. Rien de plus, rien de moins. À laissez traîner sur toutes les tables de salon de ce monde bruyant et envahissant. Chut! Clara ne fait rien. Rien du tout! Et c’est tout bonnement savoureux. Essayez!

Jarry, Marie-Hélène (2016). Rien du tout! (illustré par Amélie Dubois). Montréal: Éditions de l’Isatis.

Sylvain Dodier

Acheter ce livre

Super Cagoule

22310278_10155001507478225_7238437087136614798_nLors d’une précédente chronique, je vous avais parlé d’un album d’Antonin Louchard que j’avais particulièrement adoré: Bouh! Le livre qui fait le plus peur du monde, un petit livre rigolo à lire aux enfants de votre entourage.

Antonin Bouchard remet ça, mais cette fois avec l’histoire d’une petite poulette ronchonchonne qui, pour se protéger du froid, doit porter une cagoule. Mais une cagoule ça gratte, gratte, gratte la tête, les oreilles. Grrrrrrr!

Avec Super cagoule, Antonin Bouchard réussit encore une fois le pari de l’humour savoureux et quelque peu absurde à destination des enfants et des adultes qui leur font la lecture.

À vrai dire, vous raconter l’histoire prendrait plus de mots que ceux contenus dans cet album!

Retenez simplement que la petite poulette ronchonchonne croisera sur son chemin un grand méchant loup pas poli du tout. Pour sauver sa vie, petite poulette se lancera dans un argumentaire savoureux avec la bête féroce! On a beau être petit, ça ne nous empêche pas d’avoir de solides arguments qui parfois réussissent à détourner l’attention de ces plus grands qui croient avoir le dessus sur nous.

Vous ne pouvez même pas imaginer le dénouement de cette petite histoire!

Illustrations épurées, efficaces et aussi drôles que le texte. J’ai vraiment beaucoup ri ainsi que ceux et celles à qui je l’ai lu.

Louchard, Antonin (2016). Super cagoule. Paris: Seuil Jeunesse.

Sylvain Dodier

Acheter ce livre

Bouh! Le livre qui fait le plus peur du monde

Bouh!.jpgVous le savez, les enfants adorent avoir peur. Pas pour vrai, juste pour rire!
Voici un «tout-mimi» album qui vous permettra de vous amuser comme un petit fou avec les enfants de votre entourage. Un bijou!
Album tout en noir et blanc (oui, oui!), mais c’est normal puisque qu’il raconte l’histoire d’un enfant fantôme qui fait ses devoirs. Il apprend à faire peur. Mais, au beau milieu de ses apprentissages, sa maman l’invite à venir manger.
Tout au long de l’album, le petit fantôme s’adresse directement au lecteur et les interpelle pour susciter leurs réactions.
Ce livre est fait pour être lu à voix haute par un adulte ou un grand qui aime VRAIMENT raconter des histoires aux enfants!
Ne vous risquez pas à le lire à vos enfants sans l’avoir lu, seul, caché dans votre chambre. Répétez votre lecture. Lorsque le petit fantôme sera bien vivant en vous, présentez-vous devant les enfants en leur proposant deux ou trois titres. Laissez-les choisir. À 98%, ils choisiront Bouh!
Je le sais, car je viens de terminer une tournée d’animations dans des garderies en milieu familial où immanquablement les petits m’ont demandé de le lire. Ils n’ont pas été déçus. Ah! Ah!
Vous allez tellement rigoler avec ce livre. Je vous préviens, vous allez devoir le relire des dizaines de fois! Donc, sachez modifier légèrement votre interprétation à chaque fois pour surprendre votre public. Tout est dans la finale!

Louchard, Antonin (2016). Bouh! Le livre qui fait le plus peur du monde. Paris: Seuil Jeunesse.

Sylvain

Acheter ce livre

Le jardinier qui cultivait des livres

LeJardinierQuiCultivaitDesLivres.jpgQue dire de ce livre sans vous en dévoiler les secrets? Le titre en lui-même dit tout: Le jardinier qui cultivait des livres.
Un vrai de vrai jardin de livres qui poussent dans la terre. Si cette seule évocation ne pique pas votre curiosité, je ne sais pas si vous avez les enzymes qu’il faut pour absorber la poésie de ce livre!
Tout dans cet album est un pur délice: l’intrigue, la manière d’écrire, les illustrations.
«Il était une fois, un jardinier passionné de livres. Plus que tout, il aimait raconter des histoires aux gens de son village. Il allait même cogner de porte en porte pour lire ses extraits préférés à toute heure du jour et de la nuit. Malgré ses récits captivants, les gens en eurent assez de se faire déranger durant leur sommeil. Si bien qu’ils le chassèrent du village.»
Réfugié dans une vallée éloignée, la vie d’ermite de notre jardinier sera bouleversée par la rencontre d’une petite fille. Ah! Et puis je ne vous en dis pas plus!
Laissez-vous tout bonnement envelopper et bercer par les mots de Nadine Poirier et les illustrations de Claude K. Dubois. Vous ne le regretterez pas, c’est certain. Comme moi, à la dernière page, vous aurez envie de faire un gros câlin aux enfants de votre entourage en soupirant de tendresse: «Hummmm!»
Vraiment, un sublime album. Que dire de plus?

Nadine Poirier (2016). Le jardinier qui cultivait des livres (illustré par Claude K. Dubois). Sherbrooke: Éditions D’eux .

Sylvain

Acheter ce livre 

Elle sera toujours là

elleseratoujourslaUn album enveloppant comme les bras d’une mère que l’on a aimée. Une mère disparue, mais qui sera toujours là. Thierry Lenain et Manon Gauthier touchent ici l’essence de cette tendresse éternelle qui nous habite.
Une œuvre magnifique construite en un bouquet de souvenirs, tous ces petits gestes quotidiens qui nous ont permis de grandir doucement et d’oser sourire à la vie.
Que l’on ait 4 ou 54 ans, c’est le cœur plein de bienveillance qu’on se laisse porter par les mots délicatement tissés par Lenain et les sublimes illustrations de Gauthier.
Un album d’une simplicité émouvante, désarmante. On n’a qu’une envie, parler de notre mère. Et surtout, lui redire qu’on l’aime, qu’elle soit à nos cotés ou logée en notre cœur. Un livre parfait pour susciter les échanges et les complicités.
Elle sera toujours là est un ouvrage intime… comme une chanson susurrée à l’oreille, un câlin protecteur ou un baiser sur la joue. Laissez-vous aller, ne boudez surtout pas votre plaisir!

Lenain, Thierry (2016). Elle sera toujours là (illustré par Manon Gauthier illustration). Sherbrooke : Éditions D’EUX

Sylvain

Acheter ce livre

Lili entre deux nids

lilientredeuxnidsVoici un sublime album aux illustrations raffinées, au texte bref et finement taillé. Une pierre précieuse à insérer dans votre bibliothèque familiale.
Justement, c’est de la vie de famille dont il est ici question. Les parents de Lili se sont disputés et elle doit partager sa vie entre deux nids.
Est-ce bien, est-ce mal? Est-ce facile ou compliqué? Inévitablement, cet album ouvrira la discussion entre vous. Ça vous semble lourd? Ne soyez pas inquiets. Cet album est empreint de légèreté, sans aucune longueur. Tout y est juste, traité délicatement avec intelligence et humour tout en étant fort réaliste.
Chez maman? Chez papa? Chez l’un, chez l’autre? Le jour de maman? Le jour de papa? Chaque journée son nid. Et le dimanche? Eh bien! Si le dimanche était le jour de Lili, de ses rêves et de ses envies?
Vous aurez beaucoup de plaisir à lire ce livre avec les enfants. Du lundi au dimanche, de la dispute à la réconciliation souhaitée, des jeux aux apprentissages en passant par les menus familiaux. Tout est là, avec naturel et simplicité.
Avec ce premier livre, la créatrice Jonna Lund Sorensen entre par la grande porte dans la vie des enfants. Tout comme la nouvelle maison d’édition D’EUX qui n’a pas fini de nous surprendre, je vous le promets! Notez bien ces noms.

Lund Sorensen, Jonna (2016). Lili entre deux nids. Sherbrooke: Éditions D’EUX.

Sylvain

Acheter ce livre