Elle sera toujours là

elleseratoujourslaUn album enveloppant comme les bras d’une mère que l’on a aimée. Une mère disparue, mais qui sera toujours là. Thierry Lenain et Manon Gauthier touchent ici l’essence de cette tendresse éternelle qui nous habite.
Une œuvre magnifique construite en un bouquet de souvenirs, tous ces petits gestes quotidiens qui nous ont permis de grandir doucement et d’oser sourire à la vie.
Que l’on ait 4 ou 54 ans, c’est le cœur plein de bienveillance qu’on se laisse porter par les mots délicatement tissés par Lenain et les sublimes illustrations de Gauthier.
Un album d’une simplicité émouvante, désarmante. On n’a qu’une envie, parler de notre mère. Et surtout, lui redire qu’on l’aime, qu’elle soit à nos cotés ou logée en notre cœur. Un livre parfait pour susciter les échanges et les complicités.
Elle sera toujours là est un ouvrage intime… comme une chanson susurrée à l’oreille, un câlin protecteur ou un baiser sur la joue. Laissez-vous aller, ne boudez surtout pas votre plaisir!

Lenain, Thierry (2016). Elle sera toujours là (illustré par Manon Gauthier illustration). Sherbrooke : Éditions D’EUX

Sylvain

Lili entre deux nids

lilientredeuxnidsVoici un sublime album aux illustrations raffinées, au texte bref et finement taillé. Une pierre précieuse à insérer dans votre bibliothèque familiale.
Justement, c’est de la vie de famille dont il est ici question. Les parents de Lili se sont disputés et elle doit partager sa vie entre deux nids.
Est-ce bien, est-ce mal? Est-ce facile ou compliqué? Inévitablement, cet album ouvrira la discussion entre vous. Ça vous semble lourd? Ne soyez pas inquiets. Cet album est empreint de légèreté, sans aucune longueur. Tout y est juste, traité délicatement avec intelligence et humour tout en étant fort réaliste.
Chez maman? Chez papa? Chez l’un, chez l’autre? Le jour de maman? Le jour de papa? Chaque journée son nid. Et le dimanche? Eh bien! Si le dimanche était le jour de Lili, de ses rêves et de ses envies?
Vous aurez beaucoup de plaisir à lire ce livre avec les enfants. Du lundi au dimanche, de la dispute à la réconciliation souhaitée, des jeux aux apprentissages en passant par les menus familiaux. Tout est là, avec naturel et simplicité.
Avec ce premier livre, la créatrice Jonna Lund Sorensen entre par la grande porte dans la vie des enfants. Tout comme la nouvelle maison d’édition D’EUX qui n’a pas fini de nous surprendre, je vous le promets! Notez bien ces noms.

Lund Sorensen, Jonna (2016). Lili entre deux nids. Sherbrooke: Éditions D’EUX.

Sylvain

Ma boule de plumes

mabouledeplumeVoici un petit album aux accents poétiques que vos enfants vous demanderont de leur relire très souvent!
Lucie Papineau nous y dévoile les secrets qui composent sa relation affectueuse avec un petit oiseau tout mignon. «Tipitchoux est si petit qu’il…», «Tipitchoux est si doux qu’il…», «Tipitchoux est si gourmand qu’il…». Vous l’aurez deviné, au quotidien, Tipitchoux comble l’auteure d’attentions et de tendresse.
Tout naturellement, les enfants voudront imiter Lucie et parler à leur tour de cet animal de compagnie qui partage leur vie.
L’illustratrice Virginie Egger a su, avec ses superbes illustrations/collages, créer un écrin de tendresse pour ce Tipitchoux si attachant.
Un album tendre et sensible, simple et doux. Un clin d’œil aux joies quotidiennes!

Papineau, Lucie (2016). Ma boule de plumes (illustré par Virginie Egger). Montréal : Éditions de l’Isatis (collection : Clin d’œil).

Sylvain

Fred Petitchatminou

fredpetitchatminouChristiane Duchesne , qui a publié une centaine d’ouvrages à ce jour, nous propose ici un album qui m’a complètement déstabilisé. Le texte est si minimaliste qu’on s’étonne. On demeure suspendu, mais ça fonctionne et même très bien!
La fusion texte et illustrations est si fantastique qu’on se laisse prendre sans s’en rendre compte par ces quatre petites histoires. Des histoires qui sont en réalité quatre souvenirs de Fred Petitchatminou et de son ami Lapipino.
Les superbes illustrations de Marion Arbona donnent à ce texte toute son ampleur. Elles le démultiplient jusqu’à nous transporter dans un monde onirique fascinant.
Vous adorerez les carottes à pois, l’arbre à petites bêtes, l’arbre à choses ou l’arbre à fleurs. Comment résister au maillotin, ce petit machin qui sert à envelopper les cœurs qui ont de la peine? Et je l’avoue, j’ai flanché pour les Crakicornus, ces nettoyeurs de rêves grâce à qui nous faisons de beaux rêves.
Oui, c’est ça! Cet album est un rêve éveillé. Un collage réussi de quatre petits rêves joyeux. Vos enfants vous le redemanderont tous les soirs, espérant secrètement que les Crakicornus veillent sur leurs rêves.

Duchesne, Christiane (2016). Fred Petitchatminou (illustré par Marion Arbona). Montréal: Les Éditions de la Bagnole.

Sylvain

Deux garçons et un secret

deuxgarconsetunsecretAujourd’hui, je suis assez vieux pour savoir que si enfant on m’avait offert cet album, ma vie en aurait été bouleversée. Oh! pas complètement, mais la lumière en mon cœur aurait été plus vive, plus jeune!
C’est ce petit miracle, d’une finesse désarmante, que nous offrentLes Éditions de la Bagnole . Avec le raffinement de l’âme qu’on lui connait, l’auteure Andrée Poulin tisse en quelques lignes une histoire d’une justesse affective inouïe. Elle dévoile tout doucement l’affection généreuse que se portent mutuellement deux enfants. Rien de spectaculaire, juste la tendresse qui grandit.
Les magnifiques illustrations de Marie Lafrance ajoutent à l’œuvre une véracité, une bienveillance soyeuse et touchante. Nous aussi, nous aurions voulu être du secret…
Et si parfois les parents se trompaient? Et si les enfants, pour rayonner, devaient s’aménager un secret? Ce livre est un hymne à la diversité, à la gratuité de l’amitié et de l’amour. Un album libre, sans préjugés, ouvert sur une réalité «extra-méga-super» importante: la complicité entre deux êtres!
Merci Andrée Poulin et Maire Lafrance, vous venez de rattraper les mailles perdues dans le tricot de l’enfance de bien des petits garçons.

Poulin, Andrée (2016). Deux garçons et un secret (illustré par Marie Lafrance). Montréal: Les Éditions de la Bagnole (collection : La vie devant toi).

Sylvain

Le Bon petit livre

lebonpetitlivreDans ce magnifique album, à la fois léger et touffu, Kyo Maclear et l’illustratrice Marion Arbona Illustration nous racontent l’histoire d’une rencontre inattendue. Celle d’un petit garçon contrarié et du Bon petit livre.
Une rencontre qui bouleversera la vie de ces deux personnages.
Le petit garçon s’entichera du Bon petit livre au point de le traîner partout, jusqu’au jour où, sans s’en apercevoir, il l’égarera.
Oh! Malheur… Mais qu’adviendra-t-il du Bon petit livre? Pourra-t-il survivre seul? Et que fera le petit garçon sans son livre fétiche? Pour le savoir, il faut lire l’album!
Une histoire qui nous raconte comment naît la passion de la lecture. Une fois le Bon petit livre rencontré, comment ne pas profiter de ce qu’il nous a fait découvrir : le pouvoir des mots et de l’imagination?
Marion Arbona, avec ses illustrations enjouées et envoûtantes, donne à voir l’effet magique d’un bon livre sur notre esprit.
Un très bel album à laisser traîner sur un coin de table ou sur un banc pour l’offrir au passant, ou pourquoi pas sous un oreiller duveteux!

Maclear, Kyo (2016). Le Bon petit livre (illustré par Marion Arbona). Toronto : Éditions Scholastic (traduction de Josée Leduc).

Sylvain 

When is dad coming home?

entete

papa3He won’t be coming. The mayor came to let us know. Mother locked herself in her room. I was so sad, I ran away.

Hidden between two bales of hay in the barn, I reread the letters from my father. I looked: the training camp, the boat, the ocean, the English country side, and ’’the Frenchified Street’’as he would say, the ruins, the trenches…. My father took great pleasure in telling us stories illustrated with small sketches

papa1For the last three years he had been telling us about the war, his war. The mail was our one and only link with him. Each day, with expectant hearts, we hoped for a letter. An envelope that would let us know, that our father was still alive in that far- away place. Without us.

Our father called out as he jumped on to train to Valcartier ‘’ the war will be over quickly, we will defeat this tyrant, and I will be home before you know it’’.  He was leaving for training before setting sail to the old country. It was Friday August 28, 1914 at 9:45, the last time I saw my father’s smile

papa2

My father never really described the war, except to say it was hell. And that hell was ugly, noisy, dirty, and smelly. He preferred to tell us about his French and English friends. He told us tales of ‘’ Sir Arthur’’ a little rat he tamed. He had named the rat in honour of Sir Arthur William Currie, a man my father held in high regards.  Dad told us that it was because of him that many Canadian soldiers had been saved. I would like to believe him, but not this time.

 papa4Dad is died. I can’t stop repeating it to myself. He died along with 10600 other men in the Vimy battle field. The mayor told us that this battle was a great victory for Canadians and their allies. For the first time, the four divisions of the Canadian army core fought together and it worked.

Thanks to my father and his friends. It would seem the odds went in our favour. My Father is a hero. Yet ‘’hell’’ just threw a grenade into my life.

Louis, avril 1917

piedTexte : Sylvain Dodier – Illustrations : Luc Pallegoix ©2016 Traduction : Tammy Bailey

mot_symbole_bil_rgb-wordmark_bil_rgb-fra